• AVARUA

     

     

     

    AVARUA

     

     

    Petite terre de courage

    À la croisée des points cardinaux

    Tu n’est que de passage

    Glissant et paradant sur les flots

     

     

    Des flots de cumulus et de nuages

    Guidé par le zéphyr

    Tu cherches les ailleurs, les avenirs

    Comme des infimes naufrages

     

     

    Des naufrages décadent de l’histoire

    Que tu as vécu en intégral

    Vieille âme de cristal

    Vieille terre creusé par le désespoir

     

     

    Le désespoir de ton volcan éteint

    Ce cœur qui palpite encore,

    plus précieux qu’un trésor

    Plus inestimable que le temps sans destin

     

     

    Ton destin éternel

    Tes quêtes improbables

    Sur des siècles interminables

    Laminant tes rivages irréels

     

     

    Irréel le monde

    Sur lequel tu vagabonde

    Tu est comme un vaisseau fantôme

    Observant l’esprit de l’homme

     

     

    Les hommes, ah les hommes

    Adam et Eve, la pomme

    Souvenirs de toutes les créatures

    Embrasement, forfaiture

     

     

    Les forfaitures et pugilats

    Tes arbres font sonner le glas

    Tintement paré d’écume

    Ruisselant de perles d’amertumes

     

     

    Ton amertume trépide,s’agite

    Ce sont les tempêtes, les brisants

    Que tu affrontes éperdument

    Libre, vigoureuse tu résiste

     

     

    Petite terre de courage

    On te nomme Avarua

    Tu brave les outrages

    Le ciel te soutiendra

     


  • Commentaires

    1
    VALPO
    Dimanche 4 Avril 2010 à 16:18
    ce poème nous fait voyager et entraîne notre imagination dans des confins lointains
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :