• NAUFRAGE

     

     

    NAUFRAGE


    Vie qui chavire
    Sur la mer de raison
    Elle l’entraîne au fond
    Elle l’a fait fléchir.


    Un immense vide
    Sur les houles déchaînées
    Au loin l’amas putride
    S’enfonce encore laminé.


    Nouvelle mort
    Parée d’écumes
    Les feux de l’aurore
    Pour un éclat posthume.


    Qui la verra
    L’inanimée des profondeurs ?
    Un silence passera
    Pour troubler quelques splendeurs


    Mais son âme survivra
    Sur les terres, sous les flots
    A la dérive sans mâts.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :